Semaine 13
Le marché à Saint-Rémy-de-Provence, moment fort de la vie de la cité. C'est l'été, l'air matinal est déjà chaud. Beaucoup de monde se presse devant les étales. Ici j'ai isolé un moment d'échange. L'acheteuse dépose délicatement un avocat dans les mains de la vendeuse qui le reçoit avec attention comme s'il s'agissait d'un objet précieux. La composition se structure sur le geste des bras et le fruit au centre de l'image qui partagent la scène en parties égales gauche-droit et haut-bas.
Semaine 12
Les rues de la ville de Saint-Malo intra-muros sont pour la plupart étroites et bordées de hauts bâtiments. Quand le soleil donne, les pavés et les murs s'habillent de lumière et d'ombre. Le vent marin souvent frais s'engouffre dans la ville. Il est agréable pour les passants de se déplacer dans la lumière. Le personnage lumineux de cette image va croiser les ombres des touristes qui se promènent sur les remparts de la ville. Dans cette composition la noirceur des ombres enferme le personnage pour lui donner une importance primordiale
Semaine 11
C'est une photo qui aime la photographie. Le personnage  de gauche (l'opérateur) est en pleine action pour prendre une photo. Les 2 femmes à droite sont le sujet d'une photo et sourient à un photographe hors-champ. Dans la composition de cette image, le personnage en mouvement au 1er plan fait le lien entre ces 2 actions photographiques.
Semaine 10
Cette photo s'intitule "Retour de plage". Fin d'après-midi, les ombres s'étirent, il est temps de rentrer. Le garçon est à la traîne attendu par la fille, immobile, sur le chemin sableux. L'ombre du jeune homme vient s'échouer aux pieds de la jeune femme, instant idéal pour déclencher l'obturateur et capturer ce joli moment de vacances.
Semaine 09
C'est l'été, il fait chaud. Sur ce promontoire une lisse empêche les promeneurs de s'approcher trop près du précipice. Deux couples observent le paysage en profitant de l'ombrage. La sensualité de cette photographie repose sur  deux actions: le vent coquin soulevant la robe et la main sur les fesses. La branche de l'arbre semblant caresser le haut du dos du personnage de droite ajoute à la sensualité de la scène.
Semaine 08
Il s'en passe des évènements sur les bancs publics. La chanson de Brassens a bien décrit comment ce mobilier urbain héberge des moments inoubliables dans la vie des amoureux. Ici le couple s'est attribué le banc dans toute sa longueur de la main de l'homme à gauche au pied de la femme à droite. Et l'espace, quai et mer, semble aussi leur appartenir. L'espace de la photographie se décompose en 3 parties: le quai en bois, le couple dans l'espace limité du garde-corps et l'horizon maritime.
Semaine 07
Il est parfois des rencontres étonnantes. C'était en été dans le parc des Buttes-Chaumont à Paris. Un vol de corneilles se dirigeait vers le haut du parc. Une femme vêtue de noir était entourée de ces oiseaux qui se posaient en nombre  autour d'elle pour picorer les graines offertes. Les corneilles attendaient sagement avec une attitude de déférence envers cette femme nourricière.
Semaine 06
C'est l'été dans la campagne bretonne. Une balade en vélo jusqu'à trouver un lieu sympa pour profiter du soleil. Sur cette photographie la pause bronzage est partagée par la personne et son vélo, tous les deux dans une position horizontale. La symétrie frontale des 2 acteurs de cette photo est habillée par le feuillage ensoleillé en arrière-plan.
Semaine 05
On côtoie des gens très différents qui viennent de tous pays lors des visites des lieux touristiques. Le "touriste" a souvent une allure de touriste, c'est le thème de cette photographie. En visitant une abbaye,  j'ai rencontré ces 2 hommes, audioguides et documents de visite à la main. J'ai attendu qu'une 3è personne rentre dans le champ pour composer la photo, cette femme venant en contrepoint des 2 personnages principaux. Le regard de la femme la rend hors-sujet de l'attitude concentrée des 2 hommes et par là même renforce le thème de l'image.
Semaine 04
Dans la vie "Covid 19" le port du masque envahit l'espace public. Sur les étals des marchés les masques attendent les clients. Ici nous sommes à Saint-Lunaire en Bretagne, le marché s'installe le samedi matin dans les rues autour de l'église. La mise en situation de ces masques de fabrication française sur des têtes de mannequins très réalistes m'incite à faire cette photographie en gardant l'ambiance du marché. 3 personnes portant des masques sont encadrées par d'autres non-masquées. Petit à petit cet objet intègre l'ordinaire de nos vies.
Semaine 03
La Maison de la Photographie à Marrakech expose de splendides images dont ce portrait "Hamidou" de Tanger qui date de 1885. Le regard hypnotique de ce jeune interroge le visiteur. J'ai capturé cette scène avec l'intention de jouer sur la triangulation des regards : celui de la visiteuse, celui d'Hamidou et le mien qui devient le vôtre quand vous regardez cette photographie.
Semaine 02
Dans les rues de la Kasbah à Marrakech les habitants vaquent à leurs activités. J'ai repéré une boutique dont l'ouverture offre un cadre idéal pour isoler le profil d'une passante sur ce fond neutre. La lumière projette l'ombre de la personne sur la porte  ouverte comme un double. J'attends qu'il y ait plusieurs marrakchies à passer devant moi pour régler la mise au point et réaliser cette image.
Semaine 01
Voici une photo réalisée sur un chemin piétonnier. L'idée était d'illustrer "La distanciation sociale" imposée par le confinement. J'ai joué avec les ombres et le hors-champ pour accentuer l'idée d'éloignement entre les personnages. Le chien lui est en bordure du cadre et en entier, il complète le mouvement des promeneurs. Sur le sol la bande plus claire, due au passage des vélos, traverse l'image et ajoute à la dynamique de la scène.
Back to Top